La réduction des risques en addictologie

La réduction des risques  (RdR) est une approche pragmatique dans les soins adressés aux personnes dépendantes de produits psychoactifs. Sans viser l’abstinence, elle permet de limiter les risques liés à la consommation.  Tout en comprenant la difficulté à arrêter de consommer, on tente d’amener le consommateur à adopter des comportements qui sont moins nocifs pour sa santé.

La RdR s’emploie à définir les stratégies efficaces de réduction des risques. Pour ce faire elle doit connaitre des conditions dans lesquelles sont consommés les produits afin de répertorier tous les risques liés à la consommation de produits psychoactives. Cela permet de déterminer les outils permettant de les réduire efficacement.

Les substances psychoactives peuvent provoquer des risques somatiques comme des overdoses, accidents, des affections provoquées par le VIH, par les virus des hépatites B et C, des bactéries, ou encore des risques psychiatriques (décompensations psychotiques, anxiété, dépressions) qui sont liés à des risques sociaux (violences, précarité).

Les outils de la réduction des risques

La RdR préconise l’utilisation de toute une gamme d’outils permettant de réduire les risques liés à la consommation. Parmi ces utiles on trouve : l’information sur les risques, la substitution aux opiacés, la mise à disposition de matériel stérile, le dépistage de maladies ou encore l’orientation vers des services sociaux qui côtoient l’accueil et l’écoute compréhensive et sans jugement.

Ces outils sont proposés plus spécifiquement par  les centres spécialisés comme les CAARUD (Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques pour Usagers de Drogues) et les CSAPAs  (Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie), mais également dans d’autres centres de soins médicaux et psychologiques ainsi qu’à travers les groupes d’entraide.

Dans ces groupes des usagers ou d’anciens usagers proposent des informations, une écoute et des conseils aux consommateurs de produits psychoactifs. Leurs actions  visent à limiter les risques liés à la consommation notamment lors des événements sportifs ou festifs.

Les salles de consommations à moindre risque, dans lesquels les usagers de drogues par voie intraveineuse sont  accompagnés dans leurs pratiques impliquant l’injection sont proposées aux utilisateurs à Paris.

L’écoute et le soutien psychologique ainsi que la psychothérapie a une place particulière dans l’accompagnement des consommateurs aux prises avec des addictions.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Maria Hejnar – Psychologue Paris 7

Mise à jour le 11 juillet 2019

Call Now Button