Difficulté de séparation à l’adolescence

La difficulté de séparation à l’adolescence est un phénomène universel. Certains jeunes éprouvent une difficulté accrue à se séparer de leur famille. Cette difficulté est parfois désignée par le terme de «syndrome de Peter Pan». Notre autonomie physique, matérielle et économique est liée à l’autonomie affective. Et cette dernière dépend de la qualité des relations entre l’adolescent et ses parents établies dès l’enfance. Pour certains adolescents le chemin vers l’autonomie est trop long, d’autres, s’y précipitent en fuyant les difficultés relationnelles au sein de la famille. Ces derniers peuvent accumuler des petits boulots et mener une vie de galère n’arrivant pas à négocier le passage de la dépendance à l’autonomie au sein de la relation avec les parents.

Les adolescents aspirent à l’autonomie

 
Le désir d’autonomie chez l’adolescent et le jeune adulte est généralement très fort. Si le jeune n’y arrive pas c’est qu’il ne sent pas capable. L’autonomie fait peur aux jeunes lorsqu’ils manquent de sentiment de sécurité intérieure. Le sentiment de sécurité, la confiance en soi s’acquiert dès l’enfance et dépend de la qualité des relations que l’enfant entretient avec ses parents. Un climat familial chaleureux dès la petite enfance est donc nécessaire pour l’acquisition de l’indépendance. C’est ce qui donne à l’enfant le sentiment de sécurité interne suffisant pour prendre des initiatives et faire face à la responsabilité. Les parents peuvent préparer le jeune à se sentir prêt à partir et à s’assumer. Cela dépend de leur capacité à voir l’avenir avec confiance. Moins il y en a, plus la difficulté de séparation à l’adolescence est importante

En même temps ils crènent la dépendance

Dès la fin des 30 glorieuses, la dépendance financière des jeunes à l’égard de leurs parents s’allonge. En effet, depuis les années 1980  le prolongement des études ainsi que des crises économiques successives retardent l’entrée de jeunes dans le monde du travail.  De ce fait, des jeunes adultes cohabitent avec leurs parents de plus en plus tard ou retournent dans le foyer familial et restent dépendants économiquement. Beaucoup de jeunes adultes qui travaillent déjà, suite à l’augmentation du cout de la vie, des dépenses courantes (prix du logement,  de l’énergie …) ne sont pas en mesure de faire face à l’ensemble de leurs dépenses par leurs seuls revenus.  Les parents se sentent alors dans l’obligation de les aider financièrement pour leur éviter l’endettement. Ces difficultés compliquent l’autonomisation de l’adolescent et peuvent provoquer des angoisses chez lui mais aussi chez ses parents. Le rôle des parents consiste en renforcement positif des tentatives d’autonomisation de leur enfant. Les parents qui ont un niveau d’anxiété élevé, auront du mal à aider l’enfant à se projeter dans l’avenir et cette attitude, souvent inconsciente, va freiner  l’autonomisation du jeune.
 

Indépendance financière de plus en plus tardive

L’acquisition de l’indépendance financière s’inscrit dans le processus d’autonomisation au cours de l’adolescence qui est une période de passage entre l’enfance et l’âge adulte. L’adolescence se caractérise par des oscillations entre le désire de l’autonomie et la crainte de ses conséquences. Il appartient aux parents d’accompagner leur enfant dans ce processus. Plusieurs gestes, tels que l’obtention des clefs de la maison, les sorties non accompagnés préparent le futur abandon de la dépendance infantile. L’argent de poche en fait parti.
Le rôle de l’argent de poche dans la difficulté de séparation à l’adolescence
L’argent de poche c’est la somme d’argent alloué à l’enfant par exemple mensuellement ou de manière hebdomadaire pour que l’enfant puisse décider seul à quoi il dédie cette somme. L’argent de poche prépare donc à la future autonomie. Les parents prennent une certaine distance par rapport aux dépenses de leur enfant, l’autorisent à acheter ce qu’il veut. Lui accorder ainsi leur confiance est très valorisant et très important pour l’acquisition de la confiance en soi. C’est aussi l’autorisation de penser par soi et de réaliser ses désirs.
C’est plus responsabilisant que donner de l’argent à la demande. Cette dernière façon de procéder donne le plein contrôle aux parents qui décident systématiquement s’ils estiment valable la dépense envisagée par leur enfant.
 
L’étape suivante consiste à allouer à l’adolescent un budget mensuel, avec éventuellement l’ouverture d’un compte en banque qui permet une gestion autonome de l’argent. L’argent de poche se transforme en budget souvent à l’occasion du départ de la maison pour faire les études. L’adolescent gère tout seul une somme allouée par les parents et cela lui donne la possibilité de prendre les décisions concernant ses dépenses et leur gestion. C’est un apprentissage de la gestion économique, avec des erreurs et des accidents possibles, nécessitant une compréhension de la part des parents. Cette gestion autonome incite à accéder aux petits boulots et prépare à s’installer progressivement dans la vie autonome.

Mise à jour le 2 mai 2020

Call Now Button