L’angoisse de séparation

L’angoisse de séparation survient fréquemment pendant l’enfance et à l’adolescence. L’anxiété ressentie à l’occasion de séparation est universelle chez le bébé. Ellela main d'adulte tient le bras de petite fille angoissee L’angoisse de séparation, beige se manifeste par un refus de contact avec l’inconnu. L’enfant cache son visage, tourne la tête, ou se cache derrière le parent, pleure ou s’agrippe craintivement au parent. Cette réaction est attendue vers l’age de huit mois (l’angoisse du huitième mois décrite par R. Spitz). Confronter à des expériences relationnelles positives et rassurantes (toujours retrouver la mère) l’enfant commence à utiliser la mère ou d’autres figures d’attachement comme une base de sécurité.  

En 1925, Freud décrit à travers le devenu célèbre jeu de la bobine le processus par lequel l’enfant tend à maîtriser la séparation avec sa figure d’attachement.

L’angoisse de séparation est considérée comme une manifestation normale jusqu’à 3 ans. Puis, elle tend à disparaît progressivement à vers l’âge de 5 ans.

Quand l’angoisse perdure

Pourtant chez certains enfants, l’angoisse de séparation persiste au delà de cet âge, chez certains  avec une intensité qui la rend handicapante.

Le trouble de l’angoisse de séparation handicapant apparaît chez 3 à 5% d’enfants et adolescents. Son incidence diminue avec l’âge et les filles souffrent plus souvent.

Comment se manifeste l’angoisse de séparation ?

L’enfant ressent une peur excessive lorsqu’il s’attend à être séparé de sa (ou ses) principale(s) figure(s) d’attachement qui généralement est sa mère. Les manifestations anxieuses apparaissent pendant la période de séparation et même lorsque l’enfant imagine seulement une telle séparation. L’enfant réagit avec résistance aux tentatives de séparation. L’idée de quitter le domicile pour aller à l’école ou laisser la mère partir au travail ou en voyage provoque une forte angoisse. Il pleure alors, parfois il signale des plaintes somatiques telles que les maux de dents ou les maux de ventre. Les douleurs somatiques empêchent finalement la séparation et l’enfant malade reste avec la mère.

L’angoisse de séparation et l’attachement insécure

L’enfant ressent une détresse au moment de quitter sa figure d’attachement. La détresse le poussera à manifester de la résistance à chaque fois qu’il lui faudra se séparer. En conséquence, il peut refuser d’aller à l’école. Il évitera même d’aller jouer dans la cour, et plus tard de voir des amis ou d’aller en colo. L’enfant a des craintes, infondées, que sa figure d’attachement tombe malade, meure ou encore ait un accident. Fréquemment, il fait des rêves cauchemardesques avec un tel contenu. En conséquence, les enfants souffrant d’anxiété de séparation ont peur de dormir seuls. Chez certains, l’angoisse peut perdurer et donnera lieu à une phobie scolaire.

Les recherches cliniques ont montré que l’angoisse de séparation chez l’enfant est induite par l’anxiété de séparation chez ses parents.

Pour en savoir plus sur les différents styles d’attachement : La théorie de l’attachement

L’angoisse de séparation – l’attachement insécure

Mise à jour le 12 mai 2020

Call Now Button