Comment soigner l’agoraphobie

Traduit du grec comme « peur de la place du marché », l’agoraphobie fait référence à la peur de tout lieu dont la sortie peut s’avérer compliquée. L’agoraphobe craint de ne pas pouvoir s’enfouir et de périr dans une situation de danger qu’il imagine. Il peut s’agir de lieux très différents les uns des autres. Tantôt des espaces ouverts, tantôt des lieux confinés ou fréquentés par la foule. Les personnes atteintes d’agoraphobie peuvent se sentir angoissées dans divers moyens de transport, dans une voiture, un autobus ou un avion, mais aussi dans de lieux très fréquentés, dans des espaces fermés tels que des magasins et des cinémas, dans un ascenseur ou sur un pont. Il convient de distinguer cette phobie de l’ochlophobie qui est une craint irrationnelle d’être écrasé par la foule.

Quels sont les symptômes de l’agoraphobie ?

Comment soigner l'agoraphobie

The Tube Train, Cyril E. Power, The Metropolitan Museum of Art, New York

Les personnes atteintes d’agoraphobie craignent de telles situations, car elles fantasment un danger dont elles ne pourraient pas s’échapper. Cette forte angoisse peut provoquer une crise de panique avec des symptômes désagréables comme palpitations, sensation d’étouffement, sensations de gêne au niveau thoracique, vomissements et nausées. La détresse ressentie dans les situations phobogènes est telle que la personne craint de devenir folle ou de mourir. Elle se sent rassurée par la présence d’une autre personne et demande donc souvent d’être accompagnée.

Comment se développe l’agoraphobie ?

Cette anxiété est sans commune mesure avec le danger réel que présente la situation phobogène. La personne qui souffre d’agoraphobie a tout à fait conscience de son caractère irrationnel mais elle n’arrive pas à surmonter son angoisse avec la raison. Lorsque les attaques de panique se reproduisent, la personne développe une peur d’en subir une nouvelle. Cette peur est appelée « anxiété anticipatoire » et le sujet finit par avoir peur d’avoir peur. Cette angoisse est présente la plupart du temps et peut sérieusement handicaper la vie. En règle générale, les personnes atteintes d’agoraphobie développent un mécanisme d’évitement. De plus en plus, elles limitent les actions qui provoquent chez elles de l’angoisse. Elles évitent de prendre le métro, ou le train ou l’avion, ou l’ascenseur. L’évitement peut les amener à vivre dans une zone de sécurité se limitant uniquement au domicile ou le voisinage immédiat. Les personnes atteintes d’agoraphobie dans sa forme la plus grave, sont incapables de quitter leur domicile.

Mise à jour le 3 septembre 2019

Call Now Button