Addictions sans substance

Nous pouvons bien sûr devenir dépendants des substances qui exercent un effet physique sur notre corps, tel que l’alcool, les cannabis ou les médicaments psychotropes. Certains comportements peuvent également provoquer des addictions. Ainsi les achats compulsifs, les jeux du hasard, l’utilisation d’Internet, les jeux vidéo, le sexe, le travail peuvent devenir une addiction. C’est ce qu’on appelle addiction sans substance.

L’addiction sans substance qu’est-ce que c’est ?

Certaines personnes en accomplissant certaines activités : acheter, gagner un pari ou séduire quelqu’un, éprouvent un plaisir si fort qu’elles se sentent poussées à accomplir de nouveau les mêmes actes. Elles ne peuvent – sans ressentir une angoisse  – résister à cette force intérieure qui les pousse à répéter les mêmes comportements. La recherche du plaisir provoqué par le soulagement de cette angoisse se transforme progressivement en une compulsion incontrôlable. Le comportement prend de plus en plus de place jusqu’à envahir la vie, créant une addiction. La personne addict  s’engage alors dans la même activité en dépit des conséquences négatives voire néfastes que cela provoque dans sa vie. En croissant, l’addiction peut atteindre gravement la santé physique et psychologique. Elle peut provoquer la dépression, les crises de panique, les troubles du sommeil, la détérioration des relations, les mauvaises performances au travail et l’escalade des problèmes financiers.

Symptômes de l’addiction sans substance

L’addiction  à des comportements, présente des similitudes avec les symptômes des dépendances à des substances. Parmi ces symptômes nous trouvons :

  • Désir compulsif de répéter le comportement, par exemple de re-jouer.
  • Perte de contrôle
  • Le temps consacré à ce comportement augmente jusqu’à perdre la liberté de s’abstenir avec l’abandon progressif d’autres activités
  • Poursuite du comportement malgré les effets négatifs dont les difficultés financières, les conflits familiaux ou encore les problèmes au travail
  • L’apparition du syndrome de manque à l’arrêt du comportement.

Les mécanismes qui sous-tendent les addictions sans substance

Il n’y a en fait pas de différence dans les mécanismes de base du comportement des personnes dépendantes de substances et sans substance. Les premiers cherchent la substance, tandis que les seconds cherchent à mettre en œuvre le comportement. Dans les deux cas, il y a un fort désir, une compulsion allant jusqu’à une perte de contrôle et l’apparition de syndrome de sevrage en cas de manque. Les symptômes du manque apparaissent sous la forme de divers maux et de l’anxiété. La compulsion de continuer l’activité addictive persiste malgré son impact négatif sur le fonctionnement psychique, relationnel, professionnel de l’individu.

• •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  •  • •  • • • • • • •

Lire aussi  Quid du téléphone portable ? Addiction au téléphone portable.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter contacter le Psychologue à Paris 7

Une thérapie pour se libérer des addictions sans substance

Mise à jour le 26 avril 2020

Addictions sans substance

Si votre fonctionnement quotidien ou votre santé est affecté par un comportement que vous vous sentez obligé à répéter, si ce comportement a pris beaucoup trop de place dans votre vie, s’il prend trop de temps, trop d’argent, vous pouvez bénéficier d’une psychothérapie pour retrouver une liberté. Psychothérapie des addictions sans substances vise à réduire ces comportement compulsifs qui traduisent votre souffrance.

Pour les  addicts à des comportement existent égalements des groupes d’entraide : groupes de dépendants affectifs, des joueurs anonymes ou encore des outre-mangeurs anonymes.

La dépendance sans substance (addiction comportementale) est considérée comme une incapacité à gérer les pulsions. Les jeux de hasard ou les jeux informatiques, Internet, la nourriture, le travail et les achats… La liste de ces comportements ne cesse de s’allonger, on y a récemment ajouté une dépendance au sexe ou au téléphone mobile, ainsi qu’aux réseaux sociaux, recours à la médecine esthétique. Ces comportements compulsifs, que le sujet est incapable de contrôler affectent son fonctionnement. Ils permettent de réduire le malaise et les tensions internes ce qui pousse à poursuivre le comportement en augmentant sa fréquence et son intensité. Bien que généralement ces comportements soient autodestructeurs et qu’ils nuisent aux relations, un certain nombre d’entre eux, par exemple l’addiction au travail, est socialement accepté.

Call Now Button