Thérapie à médiation corporelle

La médiation corporelle est un dispositif thérapeutique qui met au centre de la rencontre thérapeutique la sensorialité et la perception du corps. Les états du corps propre et leur expression deviennent ainsi l’objet du travail thérapeutique. La technique, pratiquée en individuel ou en groupe, dans un cadre temporel et spatial stable et contenant, favorise l’élaboration des représentations du corps, de ce qui est inscrit dans le corps-psyché en liaison avec des traces mnésiques corporelles agréables et structurantes mais aussi des douleurs, de la maltraitance. Le thérapeute aide le sujet à rechercher des liens entre sa sensorialité, sa pulsionnalité et ses affects, à donner du sens à ses éprouvés. Il s’agit d’aider le patient  dans la prise de conscience de ses angoisses, de ses ressources internes, de son degré de tolérance à la frustration ou à la contrainte mais aussi de sa capacité à ressentir du plaisir.

Inspirée de la technique du Training autogène de Schultz qui permet un apprentissage de la détente, la thérapie à médiation corporelle est, à plus d’un titre, particulièrement opérante dans le travail avec les patients souffrant de l’anxiété, des affections psychosomatiques, notamment en ce qu’elle permet de contourner les difficultés de communication verbale, si fréquentes chez ces patients. La centration sur le vécu corporel permet d’appliquer la méthode aux sujets réfractaires à l’accès direct par le langage, chez lesquels la fonction médiatrice du langage n’est pas suffisante, sujets présentant des défauts de mentalisation se traduisant par des troubles comportementaux, des agirs, des passages à l’acte, des inhibitions des processus de pensée, des conduites d’addiction. Dans la thérapie à médiation corporelle, l’expression par le langage se voit relancée par la verbalisation des expériences tonico-sensorielles. Grâce à l’étayage verbal du thérapeute, le sujet est amené à exprimer le ressenti du corps, de l’inconfort, des douleurs, le thérapeute l’aidant à trouver « les mots pour le dire ».

Elle est également adaptée aux adolescents. Du fait des transformations corporelles et de l’émergence pulsionnelle de la puberté, le corps est largement au devant de la scène pendant la période de l’adolescence. Cette mutation du corps de l’enfant en corps de l’adulte nécessite un travail psychique, permettant à l’adolescent de s’approprier ce nouveau corps. Chez l’adolescent fragilisé, ne trouvant pas d’étayage dans l’environnement, ce travail psychique peut se trouver perturbé, provoquant alors des comportements violents. Dans la relaxation corporelle, il s’agit de rechercher une reconnaissance et une élaboration de ces mouvements pulsionnels pubertaires et la mise en sens de ceux-ci, à travers l’observation et l’interprétation des éprouvés corporels et de leur expression verbale.

Parallèlement, la verbalisation des éprouvés physiques et psychiques permet une approche de la construction identitaire de l’adolescent, construction remise en question par la survenue de la poussée pubertaire et pouvant être fragilisée par des expériences de violence ou par des traumatismes. Le travail accompli dans la relaxation peut enrichir, restructurer ou reconstruire l’image du corps et la représentation de soi.

La technique de la médiation corporelle

La technique utilisée allie une concentration mentale à une décontraction musculaire en présence du thérapeute qui induit par la parole, puis aide à reconnaître et verbaliser les éprouvés du corps. La médiation corporelle favorise la concentration, l’attention, en aidant le sujet à se concentrer sur son corps afin d’obtenir une détente corporelle (musculaire, respiratoire) et émotionnelle.

Au delà d’un certain apaisement de la tension qu’elle amène, cette thérapeutique permet au sujet, à partir de l’observation du jeu du tonus musculaire qui accompagne les affects de déplaisir et de plaisir, d’accéder à une meilleure perception du corps ainsi qu’à une meilleure compréhension de ses réactions émotionnelles. Aidée par le thérapeute, l’exploration du ressenti du corps permet au sujet d’apprendre à identifier et exprimer les éprouvés internes et les affects qui y sont liés. Ce travail de reconnaissance des sensations corporelles, ce décodage du ressenti interne, réalisé dans un cadre contenant, mène le sujet à une meilleure connaissance de soi. Aidé par les inductions verbales du thérapeute, petit à petit, le patient apprend à prendre en charge les pulsions et les affects, à contrôler les mouvements pulsionnels, à les mentaliser. Il apprend progressivement à répondre différemment à la frustration, à la contrariété, à l’émotion, à résoudre les tensions, en évitant ainsi les décharges des excitations sous la forme de passage à l’acte ou les décharges dans le soma.

En somme, meilleure connaissance de soi, prise en charge du pulsionnel, renforcement de l’image de soi contribuent à rétablir la confiance en soi et, par la même, améliorent la qualité des relations.

Pour le thérapeute il s’agit d’observation des variations des éprouvés toniques mais aussi d’écoute du fonctionnement psychique qu’elles expriment afin de développer la capacité psychique du sujet à percevoir la réalité interne, lui permettre de mieux la connaître et de mieux la maîtriser.

La thérapie à médiation corporelle peut être une façon d’amener le patient à s’intéresser à son monde interne et à développer ses capacités d’introspection, d’aborder le travail sur soi-même.

 

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Maria Hejnar – Psychologue Paris 7

Mise à jour le 27 août 2019

Call Now Button