Addiction au téléphone portable

Comment se déconnecter pour se sentir mieux

L’usage abusive du téléphone portable semble inquiéter de plus en plus de personnes. Elle se sentent dépendantes de leur téléphone, ressentent une nécessité de vérifier constamment les notifications et les alertes. Cela s’apparente à une vraie addiction au téléphone portable. Y a t-il un moyen de se déconnecter facilement ? Il n’y a pas de recette universelle. Les moyens utilisés vont dépendre des raisons pour lesquels la personne est « branchée » c’est à dire dépendante de son téléphone donc de ce qu’il lui apporte, ce qu’il véhicule.

L’état d’alerte provoqué par l’attente constante et la mobilisation par les notifications des applications, les informations, les mails et les SMS est fatiguant. Il est donc nécessaire de faire des poses, de se déconnecter. On peut le faire, par exemple, en mettant le téléphone en mode « ne pas déranger » à partir d’une certaine heure le soir et jusqu’à une certaine heure le matin. Pendant les vacances on se fixe les plages horaires sans téléphone. On peut le laisser à l’hôtel quand on sort à la plage ou au restaurant.

Addiction téléphone

Usage du téléphone peut devenir compulsif – sont ils en train de vérifier les likes ?

Si on doit garder le portable sur soi (pour le GPS par exemple), on peut désactiver les notifications pour ne pas être constamment en train de vérifier les likes et autres nouvelles sur les réseaux sociaux.

Au-delà de la détente et de la sérénité, mettre son téléphone de côté, procure un espace mentale disponible qui permet d’augmenter la créativité.

Se déconnecter pour profiter de son entourage et du moment présent

L’un des symptômes de notre société moderne est la difficulté à nouer des liens profonds et satisfaisants. Beaucoup de gens aujourd’hui ressentent facilement de l’ennui. Il se tournent alors vers d’autres distractions. Notre portable nous permet de suivre les événements du monde entier en restant assis à table. Ce besoin d’ubiquité, d’être partout cache la difficulté à être en relation, ici et maintenant.

Plusieurs études montrent une corrélation entre l’intensité d’utilisation du téléphone portable et le niveau d’anxiété.
D’aucuns en concluent que les mobiles, les tablettes et les ordinateurs provoquent l’anxiété et l’insomnie.
Je pense que ces résultats montrent également que les personnes avec le niveau d’anxiété élevé ont tendance à vivre davantage dans cette attente anxieuse d’information, de confirmation, de notification… Consulter leur téléphone sans cesse les apaise mais seulement pour quelques instants. Ils sont donc obligés de refaire ce geste sans arrêt. Cela s’apparente à une addiction.

Comment lutter contre l’envie de consulter sans cesse son téléphone ?

L’envie du téléphone varie. Quand elle est juste élevée, on  peut proposer quelques astuces de type laisser son téléphone à l’hôtel, le mettre en mode avion ou encore utiliser des filtres qui permettent de régler l’affichage des notifications et des alertes à des moments précis, par exemple une fois par jour ou par semaine. Rappelons toutefois qu’il ne s’agit pas de comportements simples que l’on peut modifier facilement. Un grand nombre d’utilisateurs a un usage tout a fait raisonnable. S’il s’agit d’une vraie compulsion, il ne sera pas facile de lutter contre elle. Il est important de comprendre ce qui la suscite, quelles sont les raisons sous-jacentes de ce besoin de présence sur les réseaux, du besoin de savoir ce qui s’y passe et d’y être vu.

Souvenons-nous aussi, que les applications sont elles-mêmes conçues pour attiser notre envie afin de nous attirer vers elles. Nos cliques rapportent de l’argent… Ce qui ne nous facilite pas le sevrage.

Y a-t-il de lieux propices à une « détox digitale » ? 

Tous les lieux qui nous plaisent et qui nous intéressent favorisent le détox. Quand vous faites quelque chose de plaisant ou de passionnant, vous oubliez tout, même votre téléphone.

Besoin de poster des photos de nos vacances et activités sur les réseaux

Ce besoin diffère probablement d’une personne à l’autre : pour certains, poster sur FB une photo de vacances remplace juste la vieille carte postale, en plus personnalisé.

Pour d’autres c’est un vecteur d’auto-assurance, d’auto-valorisation… on raconte ici la meilleure version de sa vie. Les photos postées montrent des endroits magnifiques, les scènes exceptionnelles. Nous y apparaissons très beaux. L’objectif est d’être vu en mieux, pour être jugé positivement, pour être apprécié, être aimé. Pour se sentir important aussi. On occupe un espace médiatique autrefois réservé aux célébrités.

Addiction au téléphone chez les jeunes

L’usage compulsif du au téléphone chez les jeunes participe à la difficulté à nouer des liens profonds et satisfaisants

L’objectif d’être suivi sur les réseaux sociaux c’est la recherche de confirmation de notre valeur, de notre « amabilité ». Des likes veulent dire « je t’aime », « j’aime ce que tu fais, j’aime ce que tu es »… en retour j’attends que toi aussi tu aimes ce que je poste. Souvent il s’agit d’échange de bons procédés.

Les vacances sont une période propice pour se monter sous notre meilleur jour car nous sommes alors loin de nos soucis quotidiens et de la routine.

Des applications qui nous font prendre conscience du temps passé sur nos applications peuvent-elles aider ? 

Tout ce qui nous permet d’augmenter le niveau de conscience (l’insight) est bénéfique.  Ces applications peuvent donc l’être également, à condition de ne pas s’en servir comme d’outil de contrôle et de maîtrise (ce qui serait contre-productif).

La prise de conscience est certes nécessaire mais elle ne suffit pas. Pour qu’un changement se produise il faut de la compréhension et de la motivation. Si je viens de réaliser que je passe 6 heures par jours sur les médias sociaux, que j’ouvre mon téléphone 200 fois par jour, est-ce que cela me dérange, est-ce que je trouve que c’est une perte de temps ? Est-ce que je pense que cela m’empêche d’avoir des relations interpersonnelles de qualité avec mes proches ? Est-ce que cette prise de conscience fait naître le désir de changement ?

 

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter Maria Hejnar – Psychologue Paris 7

Mise à jour le 21 juillet 2019

Call Now Button